Publié le Laisser un commentaire

L’inspiration se commande-t-elle ?

L’inspiration… Vous savez, ce moment magique où vous vous laissez emporter par ce que vous écrivez. Ça coule tout seul, même pas besoin de réfléchir, ou bien à peine tellement les phrases s’enchainent naturellement. On avance à plein régime et l’on sent son projet prendre forme ! Un vrai plaisir qui nous fait pousser des ailes et nous met de bonne humeur pour le reste de la journée. On pourrait rester à écrire pendant des heures !

Pourtant, c’est aussi le mot qui fait peur, celui qui nous freine et parfois, nous fait carrément abandonner. Et si je n’avais pas d’inspiration ? Se retrouver devant une page blanche qui ne se remplit pas, ça inquiète, bien sûr, mais surtout, ça décourage. Allez, on arrête de s’arracher les cheveux, la panne sèche, ça arrive même aux plus expérimentés, n’en faisons pas toute une histoire, essayons de voir comment on peut dompter la bête.

L’inspiration est une bête capricieuse

Il faut déjà accepter ça, pas le choix. Elle ne sort de sa tanière que quand ça lui chante, tant pis si vous étiez sur le point de vous endormir et bien souvent, elle tourne le dos quand on l’appelle. L’inspiration est une sorte de chat pour tout vous dire, il faut vivre avec au gré de ses humeurs. Elle fait sa vie, mais surtout, elle n’a rien à voir avec l’envie. Tant mieux si vous ressentez l’envie d’écrire et tant mieux si vous êtes impatient à l’idée de la rédaction d’un passage de votre texte, mais ça n’empêchera pas l’inspiration de se carapater. En bref, elle n’a pas de bouton « On » qui vous permettra de l’activer au besoin.

Pas très rassurant tout ça, finalement. On peut avoir une idée et l’envie de la développer sans pour autant parvenir à sortir une phrase. On reste là, devant sa feuille ou son clavier sans savoir par où commencer. Rien de ce qu’on écrit ne nous parait correct, on se sent à plat et parfois carrément incapable de surmonter ce vide. Rien ne va et ça nous coupe notre belle motivation.

Est-ce qu’il y a un remède contre ça ?

Qu’on soit clair tout de suite, il n’y a pas de solution miracle (non, toujours pas) et parfois, la meilleure solution est simplement de s’arrêter et revenir plus tard, mais avant d’en arriver là, vous pouvez tout de même essayer de vous en sortir.

Tout d’abord, demandez-vous si vous avez vraiment envie d’écrire aujourd’hui ou si vous essayez juste de vous forcer parce qu’au fond, il faut bien avancer. Si vous n’écrivez pas dans un cadre professionnel, rien de bien grave, faites une pause, changez-vous les idées, un loisir doit rester un plaisir ! Par contre, si vous devez absolument poursuivre votre travail, c’est autre chose, il va falloir surmonter ça et trouver le déclencheur qui débloquera votre plume.

Alors, qu’est-ce qui se passe dans votre petite tête ? Si vous êtes distrait, ça peut valoir le coup de chercher la source de votre inattention. Un souci personnel, un fond sonore trop envahissant, la météo… Beaucoup de facteurs peuvent influer sur votre inspiration et vous conduire à la panne sèche dès lors qu’ils accaparent votre esprit.

Si vous ne parvenez pas à vous concentrer, essayez d’abord de déterminer ce qui vous préoccupe. Prenez le temps de passer cet appel que vous avez peur d’oublier, faites cette recherche sur internet pour trouver la solution qui vous échappe, allez faire les courses, même, si vous craignez de ne pas avoir le temps plus tard. Libérez votre esprit ! Pour écrire, vous ne pouvez pas le laisser s’éparpiller.

Quel que soit le problème, vous pouvez peut-être le renverser pour en faire un atout. Il fait beau ? Embarquez votre cahier et installez-vous dehors pour en profiter. Au contraire, le mauvais temps vous déprime ? Une boisson chaude et un plaid et vous voilà paré en mode cosy, prêt à tout affronter. Envie de bouger ? Allez marcher, courir, danser ou bien une bonne séance de Yoga et revenez après avoir canalisé votre énergie. Travaillez debout même s’il le faut.

Expliquez à votre entourage que vous avez besoin de pouvoir vous concentrer ; coupez la musique ou au contraire, choisissez-en une qui vous mettra dans l’ambiance. Pour plus de conseils à ce sujet, pensez à consulter notre article Écrire : Se mettre en condition pour un travail efficace.

Reste cependant une chose contre laquelle vous aurez du mal à vous débattre : votre moral. Si vous avez bien dormi, que vous vous sentez d’attaque et plein d’entrain, aucun problème. Mais si vous êtes fatigué, ronchon et que vous en voulez à la Terre entière, vous aurez plus de mal à faire quoi que ce soit. Pourtant, l’écriture peut-être un bon remède contre la mauvaise humeur, alors ne vous laissez pas plomber.

Et si malgré tout, ça ne suffit pas ?

Le problème ne vient de rien de tout ça ? Vous avez l’esprit libre, mais les mots ne sortent tout de même pas ? Eh bien peut-être que vous devriez essayer d’écrire un autre passage. Ne vous forcez pas à être linéaire ; si vous vous sentez bloqués, passez à la suite. Demandez-vous quelle partie vous avez le plus envie de rédiger sans vous soucier de ce que vous n’avez pas encore fait, il sera toujours temps de faire des ajustements plus tard.

Si vous n’êtes pas sûr de ce que vous voulez faire durant votre séance de travail, reprenez les idées que vous avez pu noter çà et là, examiner votre plan si vous en avez fait un ou bien cherchez ce qui peut vous bloquer dans cette partie. Est-ce que vous l’envisagez avec suffisamment de clarté ? Est-ce que vous-même n’êtes pas bien certain de ce qu’elle doit contenir ? Bien souvent, on avance mieux lorsqu’on sait vraiment où on va ; quel est le sujet de cette partie ? Vers quoi doit-elle aboutir ? Demandez-vous ce que vous voulez faire de ce passage. En d’autres termes, vous devez comprendre ce que vous écrivez et savoir pourquoi vous le faites pour vous sentir à l’aise. Et si vous ne vous répondez pas, ne cherchez pas plus loin, vous avez mis le doigt sur la raison de votre panne d’inspiration.

Prenez le temps de clarifier tout ça, vous verrez, ça débloquera tout, et même votre style n’en sera que plus fluide.

Et pour vous donner un coup de pouce supplémentaire, surtout, prenez le temps de relire ce que vous avez déjà écrit. Eh oui, vous n’en avez peut-être pas envie, mais c’est un bon moyen de vous replonger dans votre travail, de vous imprégner du ton, de l’ambiance ou des réflexions que vous avez déjà mis en place.

La panne d’inspiration n’est finalement pas une fatalité à laquelle on doit se plier en déprimant. Creusez un peu et vous verrez forcément une solution apparaître. Et si vraiment vous avez tout essayé et que rien n’y fait, ce n’est peut-être tout simplement pas le bon jour, revenez demain !

Et pour les débutants qui ont du mal à commencer, notre article Comment commencer à écrire ? vous tend les bras, n’hésitez pas à sauter dessus !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.